Home À la une Abus Sexuels les Casques bleus gabonais quittent la Centrafrique

Abus Sexuels les Casques bleus gabonais quittent la Centrafrique

by BMCBS
0 comment

Le ministère gabonais de la Défense a indiqué, mercredi, que l’ONU avait décidé le retrait des 450 Casques bleus gabonais présents en Centrafrique après des accusations d’exploitation et d’abus sexuels.

L’ONU a ordonné le retrait des quelque 450 Casques bleus gabonais de sa force de maintien de la paix en Centrafrique, un départ précipité après des accusations d’exploitations e d’abus sexuels, sur lesquels le gouvernement à Libreville ouvre une enquête, a annoncé mercredi 15 septembre le ministère gabonais de la Défense. « Suite aux nombreux cas d’allégations d’exploitation et d’abus sexuels sur 5 filles en cours de traitement, les Nations unies ont décidé ce jour du retrait du contingent gabonais de la Minusca« , la mission de l’ONU en Centrafrique, et « une enquête a été ouverte par le Gabon. Depuis 2015, en tenant compte de ces dernières, ce sont 32 allégations d’exploitation et d’abus sexuels que nous avons enregistrées concernant 81 présumés auteurs de la République du Gabon, tous militaires des contingents actuellement ou anciennement déployés au sein de la Minusca« , a précisé à New York le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric, ajoutant : « Six de ces allégations ont été étayées par une enquête ».

L’ONU a déployé la Minusca en avril 2014 pour tenter de mettre fin à la sanglante guerre civile qui a suivi un coup d’État l’année précédente contre le président François Bozizé. Les combats qui ont suivi entre la coalition de groupes armés qui l’avait renversé, la Séléka, à majorité musulmane, et des milices soutenues par le chef de l’État déchu, les anti-balakas, dominées par les chrétiens et les animistes, ont culminé de 2014 à 2015. 

Les accusations de crimes et délits sexuels contre les Casques bleus sont récurrentes en Centrafrique, certains contingents ont été retirés par le passé mais aucune enquête n’a abouti à des condamnations à ce jour, du moins publiquement. 

You may also like

Leave a Comment