Home À la une Le changement climatique, un facteur de développement des maladies.

Le changement climatique, un facteur de développement des maladies.

by Miriam Diallo
0 comment

Le changement climatique finira par tuer. C’est ce qu’a fait savoir le fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Selon lui, ce phénomène ne cesse de faire prospérer les maladies infectieuses. En effet, en 2022, le fonds a été témoin de la croissance des nombreuses conséquences du Changement climatique sur la santé, a alerté le directeur exécutif, Peter Sands.

L’organisation mondiale de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme prévient sur le réchauffement climatique qui favorise davantage les maladies. « Le mécanisme par lequel le changement climatique finira par tuer des gens est son impact sur les maladies infectieuses » a déclaré M. Sands, en précisant que certaines zones de l’Afrique qui n’étaient pas touchées par le paludisme deviennent maintenant à risque. Car les températures augmentent et permettent aux moustiques se prospérer, notamment en altitude.

Or, la population de ces régions ne sera pas immunisée, d’où le risque d’un taux de mortalité plus élevé. « C’est assez alarmant », a affirmé M Sands lors d’une réunion d’information avec l’association des correspondants de l’Onu. La propagation de la tuberculose reste une menace parmi le nombre croissant de personnes déplacées dans le monde. A cela s’ajoute l’insécurité alimentaire qui rend vulnérable aux maladies, indique le directeur exécutif de l’Ong. Quant à savoir si le monde est mieux préparé à la prochaine pandémie qu’il ne l’était pour la covid19, il a répondu par l’affirmative. Mais, « cela ne signifie pas que nous sommes bien préparer; nous ne sommes pas aussi mal préparés qu’avant », a t-il nuancé.

D’ici la fin de l’année 2022, M. Sands a déclaré que le Fonds mondial aura investi environ 5,4 milliards de dollars, un record. Les plus grands donateurs de l’organisation basée à Genève sont les Gouvernements du G7, menés par les Etats-Unis et la France. « 2022 a été une année brutale », a insisté Peter Sands avant de continuer par dire « dans les communautés les plus pauvres du monde, le Vih, la tuberculose et le paludisme tuent beaucoup plus de personnes que la covid19. »

You may also like

Leave a Comment