Home À la une L’ONU fait état d’une dévastation à grande échelle avec un quart de la population dans le besoin

L’ONU fait état d’une dévastation à grande échelle avec un quart de la population dans le besoin

by Italvina
0 comment

Au cours des deux derniers mois, l’Ukraine a connu « la souffrance, la dévastation et la destruction à une échelle massive », a déclaré jeudi aux journalistes le Coordinateur des Nations Unies pour la crise dans le pays, se faisant l’écho du Secrétaire général en disant « nous devons mettre fin à l’effusion de sang et à la destruction ».

« Au moins 15,7 millions de personnes en Ukraine ont maintenant un besoin urgent d’aide humanitaire et de protection… plus de cinq millions de personnes ont fui l’Ukraine pour chercher la sécurité dans d’autres pays et 7,1 millions d’autres ont été déplacées à l’intérieur du pays », a déclaré le Sous-secrétaire général Amin Awad lors d’une conférence de presse à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine.

« Cela représente plus de 25 % de la population totale de l’Ukraine ».

Une dévastation à grande échelle

Depuis le début de la guerre, les infrastructures civiles ont été lourdement touchées : plus de 136 établissements de santé et 22 écoles en moyenne par jour ont été attaqués.

En outre, les systèmes d’approvisionnement en eau endommagés ont privé six millions de personnes d’un accès régulier.

« Le monde est choqué par ce qui se passe en Ukraine », a déclaré M. Awad, qualifiant de « profondément troublant » le traitement des prisonniers de guerre et le fait que le sort des civils à Marioupol  reste inconnu.

Pendant ce temps, les habitants de Kherson occupée manquent de nourriture et de médicaments ; Mykolaiv est privée d’eau depuis sept jours ; et la dévastation des centres urbains et des infrastructures civiles dans les oblasts – en particulier à Donetska, Luhanska, Khakvska, Kyivska et Chernivska – a perturbé les services essentiels pour des millions de personnes, notamment l’eau et les soins de santé.

Des témoignages de première main

Le Coordinateur des Nations Unies pour la crise a décrit la dévastation qu’il a pu constater de visu.

« J’ai rencontré des personnes qui ont dû transporter les corps des membres de leur famille et de leurs voisins depuis les rues de Bucha et d’Irpin pour les enterrer dans des jardins ou des fosses communes. Je ne peux imaginer leur souffrance », a-t-il partagé.

Il a rappelé que l’attaque de non-combattants ou d’infrastructures civiles constitue « une violation manifeste du droit humanitaire international » et a demandé que cela cesse et que les civils soient protégés et autorisés à passer en toute sécurité.

Humanitaires, rapatriés

Dans le même temps, les humanitaires sont confrontés à d’énormes difficultés qui les empêchent souvent de fournir une assistance aux zones où les gens en ont désespérément besoin.

« Je lance un appel pour un accès sûr et sans entrave à l’aide humanitaire », a déclaré le fonctionnaire de l’ONU.

M. Awad a également souligné que certaines des plus de 12 millions de personnes qui ont été déplacées sont maintenant de retour chez elles.

« En tant que Nations Unies, avec nos partenaires humanitaires et de développement, nous devons être prêts à soutenir leur solution durable dès le début ».

Il a souligné l’appel du Secrétaire général à une pause humanitaire et la nécessité de « mettre de côté les divisions et de se concentrer sur les intérêts convergents pour mettre fin à cette guerre insensée ».

50 millions de dollars de plus alloués

La Coordinatrice humanitaire pour l’Ukraine, Osnat Lubrani, a informé les médias que le bureau humanitaire des Nations unies, OCHA, a débloqué pour les organisations d’aide 50 millions de dollars supplémentaires en plus des 158 millions de dollars déjà fournis pour les opérations de sauvetage.

Cette somme comprend près de 98 millions de dollars du Fonds humanitaire ukrainien (FHU), la plus importante allocation depuis sa création en 2019, et 60 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF).

Sur fond d’allégations croissantes de viols, elle a déclaré qu’une partie de l’argent serait destinée à prévenir toute forme de violence sexiste et à soutenir les survivants.

« Grâce au soutien opportun de nos donateurs, ces fonds nous permettront d’apporter à des millions de personnes, principalement dans les oblasts les plus touchés de l’est du pays, le soutien dont elles ont besoin pour survivre et faire face à l’un des plus grands défis de leur vie », a déclaré Mme Lubrani.Des personnes fuyant la ville de Mykolaiv, lourdement bombardée, traversent Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, en route vers la Pologne. © UNICEF/Siegfried ModolaDes personnes fuyant la ville de Mykolaiv, lourdement bombardée, traversent Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, en route vers la Pologne.

Les conséquences de la guerre

Près de deux mois d’hostilités intenses et croissantes en Ukraine continuent d’avoir des répercussions horribles sur les civils et ont provoqué une grave crise humanitaire.

« Les travailleurs humanitaires des ONG locales et internationales et des agences des Nations Unies ont travaillé jour et nuit pour intensifier notre réponse afin d’aider plus de 3,3 millions de personnes. Cela s’ajoute à l’incroyable travail effectué par les volontaires à travers le pays », a expliqué Mme Lubrani, ajoutant que, hier encore, les Nations Unies ont réussi à livrer neuf camions de matériel de secours à la ville de Tchernihiv.

La Coordinatrice humanitaire a également donné des exemples de la façon dont plus de 145.000 personnes dans les zones non contrôlées par le gouvernement de l’oblast de Luhanska reçoivent des services de protection, et ceux dans les zones de transit de Lviv ont reçu des kits d’hygiène alors qu’ils se déplaçaient en quête de sécurité, grâce aux partenaires de mise en œuvre de l’UHF.

De nombreux défis à relever

Malgré ces efforts critiques et cette aide inestimable, il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux besoins croissants des Ukrainiens.

« Il est remarquable de voir comment la communauté humanitaire a réussi, en quelques semaines, à passer de la fourniture d’une assistance dans deux régions de l’est de l’Ukraine à des opérations dans les 24 oblasts », a reconnu Mme Lubnrani.

« Cependant, nous ne sommes toujours pas en mesure d’atteindre les zones où les gens ont un besoin urgent d’assistance, notamment Marioupol et Kherson, ou nous en avons été empêchés ».

You may also like

Leave a Comment