Amath Diouf, domicilié à Nord-Foire est poursuivi pour escroquerie et abus de confiance. Il profite de l’amour de son ex-épouse pour lui voler la somme de 100 millions de FCFA. Il risque gros.

L’amour de Fatou Diouf pour son ex-époux la pousse à dépenser sans compter. Depuis le 23 janvier il a envoyé son mari derrière les barreaux pour escroquerie. Devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, la femme d’affaires domiciliée à Touba déclare À. Diouf a décimé 20 ans de dure labeur. Si on en crois à ses parole Amath s’est marié avec lui par intérêt et vole ses 100 millions de FCFA avant de lui faire un enfant et l’abandonner. Ala barre, après plusieurs tiraillements, l’affaire est mise en délibéré pour le 17 février prochain.

Cette affaire remonte en 2018 date à laquelle les ex-conjoints se sont connu par le biais d’un ami en commun. Selon Fatou Amath lui a déclaré sa flamme mais étant responsable, elle lui propose le mariage avant de lui remettre la somme de 3 millions pour la dote car croyant en ces bonnes intentions. Elle fait en sorte qu’il le rejoint en Italie après le mariage c’est là que Amath déroule son plan. Elle lui remet la somme de 74.000 Euros, 48 millions de FCFA pour une maison, puis 64.000 Euros pour un Bussiness en commun sans compter les autres sommes. Après l’avoir pris cette grosse somme , il l’abandonne alors qu’elle portait son enfant allant même jusqu’à prendre en charge elle-même les dépenses du baptême pour sauver son honneur.

Consciente qu’elle s’est faite avoir, elle déchire le passeport et les visas de ce dernier. Voulant aller en justice elle sera stoppée par leur guide religieux qui lui remet la somme de 10 millions. Elle se plie au souhait de leur guide. Mais elle n’en pouvait plus lorsqu’elle a entendue que Amath racontait qu’il l’a quitté parce qu’elle était castée.

Selon Amath entre son ex-épouse et lui, il y avait une collaboration pour un Bussiness. Seulement, il a abandonné car elle lui piquait des clients. Il déclare qu’il doit uniquement 6.800 Euro à Fatou et il n’a pas signé les décharges dont elle parle. Il ne sais ni lire encore moins écrire. En revanche il a introduit une plainte pour faux et usage de faux.

Convaincre qu’il est coupable le procureur de la république a requis une application de la loi. L’avocat de la partie civile réclame 100 millions de FCFA pour dommages-intérêts tandis que la défense plaide pour le relaxe. L’affaire sera délibérée le 17 février prochain.

You may also like

Leave a Comment