Home À la une Ukraine: de bombes à sous-munitions russes qui ont tué des civils

Ukraine: de bombes à sous-munitions russes qui ont tué des civils

by Italvina
0 comment

Le Bureau des droits de l’homme de l’ONU a dénoncé vendredi l’utilisation, en Ukraine, de bombes à sous-munitions russes qui ont tué des civils .

« Nous avons également reçu des informations crédibles faisant état de plusieurs cas d’utilisation d’armes à sous-munitions par les forces russes, y compris dans des zones peuplées » en Ukraine, ont indiqué les services de la Haute-Commissaire Michelle Bachelet, soulignant que « l’utilisation indiscriminée de ces armes pourrait constituer des crimes de guerre ». 

Ils ont cité le cas du 24 février, quand une arme à sous-munitions a explosé à l’hôpital central de Vuhledar, dans la ville de Donetsk, contrôlée par le gouvernement ukrainien.

« L’attaque a tué quatre civils, en blessant dix autres, et endommageant des ambulances, des véhicules civils et l’hôpital lui-même », a déclaré lors d’un point de presse régulier de l’ONU à Genève, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDH), Liz Throssell.

Selon l’ONU, d’autres attaques aux armes à sous-munitions ont eu lieu dans plusieurs districts de Kharkiv, au cours desquelles neuf civils ont été tués et 37 blessés.

« Les attaques directes contre les civils peuvent constituer des crimes de guerre »

Les bombes à sous-munitions peuvent contenir plusieurs dizaines de mini bombes, qui se dispersent sur un vaste périmètre mais n’explosent pas toutes, se muant en mines antipersonnel qui, au moindre contact, peuvent tuer et blesser, même longtemps après les conflits. 

« En raison de leurs effets sur de vastes zones, l’utilisation d’armes à sous-munitions dans des zones peuplées est incompatible avec les principes du droit humanitaire international régissant la conduite des hostilités », a déclaré Mme Throssell.

« Nous rappelons aux autorités russes que les attaques directes contre les civils et les biens civils, ainsi que les bombardements dits de zone dans les villes et les villages et d’autres formes d’attaques indiscriminées, sont interdites par le droit international et peuvent constituer des crimes de guerre », a ajouté la porte-parole, relevant que « le nombre de victimes civiles augmente chaque jour, tout comme la souffrance humaine en général ». 

D’une manière générale, des civils sont tués et blessés au cours de ce qui semble être « des attaques aveugles ». 

Les services de Mme Bachelet reprochent aux forces russes d’utiliser généralement des « armes explosives à large champ d’action dans ou près des zones peuplées ». 

Ces armes comprennent des missiles, des obus d’artillerie lourde et des roquettes, ainsi que des frappes aériennes.

You may also like

Leave a Comment